Le site d’Usagi3 !
Accueil du site09 - Warhammer Battle / Age of SigmarWarhammer Battle
Dernière mise à jour :
mardi 5 décembre 2017
Statistiques éditoriales :
1052 Articles
1331 Brèves
19 Sites Web
16 Auteurs

Statistiques des visites :
50 aujourd'hui
591 hier
2447481 depuis le début
   
Warhammer Battle : petite histoire du jeu...
jeudi 4 décembre 2008
par Usagi3
popularité : 6%

Games Workshop a très vite centré son activité sur les figurines. Au départ, elles étaient de simples supports pour les jeux de rôle de l’époque (Donjons&Dragons en tête), et le fanzine White Dwarf traitait également essentiellement de jeu de rôle (nouvelles classes pour D&D, objets magiques, scénarios...).

Puis il y eut l’illumination, l’idée géniale : pour vendre plus de figurines, il faut qu’elles soient au centre d’un jeu qui les utilise massivement ! Voici le postulat caché derrière tous les jeux de Games Workshop : vendre de la figurine et de la peinture. White Dwarf, quant à lui, s’est lentement transformé en catalogue glorifiant les produits made in GW.


Warhammer Battle est une synthèse réussie des œuvres de Moorcock et de Tolkien, le tout plaqué sur une carte géographique de l’Europe légèrement modifiée.

L’œuvre de Tolkien (le seigneur des anneaux, pour les incultes !) a inspiré tous les jeux qualifiés de médiévaux-fantastiques (heroic fantasy en anglais). On retrouve donc tous les grands clichés dans Battle : nains, elfes, dragons, humains, orques, gobelins, magie, morts-vivants et compagnie répondent tous présents. Très fédérateur, naturellement, ce qui était bien le but recherché !

De chez Moorcock (Elric de Melniboné, Hawkmoon...), Games Workshop a retenu la notion de Chaos (et d’Ordre à l’origine, puisque des divinités de l’Ordre sont présentes dans le background du jeu original et du jeu de rôle qui en fut tiré). Ils l’ont seulement divisé en 4 entités distinctes !

Il y a eu aussi de l’originalité, quand même. Essentiellement quatre : les Fimirs (aujourd’hui abandonnés), les Zoats (idem), les Slanns (en cours d’abandon, des reliquats subsistent chez les Hommes-Lézards) et les hommes-rats : les Skavens, qui furent les seules innovations à perdurer jusqu’à nos jours.


L’historique du jeu a subi de profonds bouleversements à chaque édition. Je vous propose de passer en revue les plus marquantes !

- les Alliés

Non, vous ne rêvez pas : jusqu’à la V2 de Battle (la première à être traduite en français), il était possible d’allouer jusqu’à 25% de ses points à une seconde armée, qui viendrait épauler la principale ! Il y avait même des règles rigolotes (ainsi, les nains avaient un malus à leur Commandement s’ils se trouvaient trop près d’elfes alliés). Ainsi, à cette époque glorieuse, je jouais des Hauts Elfes alliés à des Elfes Sylvains ! C’est aujourd’hui impossible, pour d’évidentes raisons d’équilibre du jeu. C’était cependant bien amusant !

- La gestion de la magie

Tout a été essayé, et notamment un amusant système avec des cartes de Pouvoir. Qui fonctionnait bien, d’ailleurs, à l’exception d’une carte : Pouvoir Total ! Elle permettait de passer automatiquement un sort, sans possibilité de le contrer. Bien utilisée en conjonction avec une armée disposant de sorts puissants, elle pouvait assurer la victoire ! Aujourd’hui, tout cela a été bien simplifié.

- la Bretonnie

On est passé d’un royaume décati rongé par le Chaos et vaguement basé sur la France moyen-âgeuse à une nation de chevaliers glorieux teintés de mythe Arthurien, et soutenus par des Dames du Lac suspectes !! Si ça ce n’est pas de l’évolution, hein...

- les Morts-Vivants

Avant, il n’y avait qu’une armée de Morts-Vivant. C’était bien, c’était logique, tout le monde était content. Aujourd’hui, il y en a deux, et on s’y perd un peu ! D’autant plus que les Rois des Tombes, ils sont quand même un peu éloignés du reste... Du coup, il y a aujourd’hui deux armées qui peuvent aligner du Squelette, et à mon goût, ça fait tâche.

- Les armées du Chaos

Là, Games Workshop a fait encore mieux : d’une armée unique, ils en ont fait 3 !!! Si si : les Hordes du Chaos, les Bêtes encore du Chaos, et les Démons toujours du Chaos. On a donc aujourd’hui un truc très logique, où les Démons n’accompagnent plus les hordes du Chaos. C’est la vie, ma bonne dame.

- les factions disparues

On a déjà parlé brièvement des Fimirs, disparus car pas très politiquement corrects et pas bien charismatiques non plus.

Les Nains du Chaos ont subi le même sort, même s’il existe encore UNE figurine en vente actuellement où on en voit : le canon apocalypse ! GW a laissé entendre que ces Nains vénérant un dieu-démon pourraient faire leur retour, mais sans leurs énormes coiffes. Dommage, c’était rigolo !

Les Zoats, créatures centauroïdes aussi laides que puissantes, étaient des protecteurs des forêts. Eux aussi ont mystérieusement quitté le Vieux Monde, sûrement exterminés par des Elfes Sylvains jaloux : ce sont eux, les protecteurs des forêts, non mais !


Les jeux dérivés

Eux-mêmes surpris par le succès de leur univers, les gens de Games Workshop l’ont décliné à plusieurs sauces...

- jeu de rôle

Games Workshop n’a pas oublié ses racines jeu-de-rôlesques : d’ailleurs, la première mouture de Battle s’en rapprochait pas mal au niveau complexité ! La première édition du jeu de rôle basé sur le Vieux Monde vit donc le jour en 1986, avec à la fin de son (gros) livre quelques pages pour pouvoir passer du jeu de rôle au jeu de figurines. Bien vu. Cette première édition du jeu (celle qui est actuellement en vente est la seconde) était excellente. Il y avait TOUT dans le livre (magie, bestiaire, classes, tout on vous dit !), et il constituait donc le seul achat indispensable. Les scénario publiés étaient tout aussi excellents, bref, du grand jeu de rôle ! Et que dire de ce système de classes révolutionnaires... Du bonheur en livre.

Notons que l’édition actuelle de ce jeu de rôle n’est plus entre les pattes de GW : FFG a acheté la licence.

- Mordheim

Mordheim est un jeu d’escarmouche : on utilise bien moins de figurines, qui du coup sont bien plus personnalisées. Cela ne rapporte pas autant de sous, c’est sûr, donc ce jeu n’est plus trouvable que dans la gamme Specialist (et donc plus en magasins).

- Heroquest / Warhammer Quest

GW a également produit des Dungeon Crawlers basés dans le Vieux Monde. Il s’agit de jeux simulant l’exploration de souterrains mal famés remplis de monstres et de trésors ! Dans l’ordre chronologique, on a eu HeroQuest, Advanced HeroQuest, et enfin Warhammer Quest. Tous 3 sont d’ailleurs de bons jeux ! Ils sont cependant tous épuisés. Voui, c’est ça, pas assez rentable.

- Talisman

Souvent qualifié de jeu de l’oie médiéval-fantastique, Talisman était basé dans le Vieux Monde dans sa deuxième édition. L’actuelle, la 4.5 de chez FFG, n’est plus basée sur le riche univers de Battle.

- Seigneurs de Guerre

Dans le but de faire passer son univers dans la culture populaire, GW s’est allié à un grand du jeu de société : MB ! Ils ont ensemble développé un jeu aux règles grand public, accompagné de plein de figurines en plastique (de piètre qualité) : Seigneurs de Guerre ! Cela n’a pas dû marcher si mal que ça, vu que deux extensions verront le jour. Les règles sont assez idiotes, avec un système d’activation par cartes très mal pensé (on peut se retrouver à activer ses unités 3 ou 4 tours de suite sans que l’adversaire ne puisse réagir !!). La quantité de figs plastiques présentes dans la boîte est par contre proprement ahurissante et explique à elle seule pourquoi ce jeu reste très recherché, malgré leur médiocrité.


Voilà ! J’espère que ce petit article vous aura intéressé, je vous présenterai tantôt mon armée Haut Elfe V2 ! Bon jeu !

usagi3

 
Post Scriptum :
Soutenez-nous en vous faisant plaisir ! Commandez en ligne depuis notre site chez l’Alchimiste, vous ne payerez pas plus cher, vous bénéficierez de tous leurs avantages (remise de 5%, frais de ports fixes de 6€, franco de port à partir de 60€), et nous toucherons 8% de votre commande pour acheter plein de choses et vous en faire bénéficier ! Merci !