Le site d’Usagi3 !
Accueil du site04 - Seconde guerre mondialeFlames of WarCompte-rendus de bataille
Dernière mise à jour :
vendredi 15 septembre 2017
Statistiques éditoriales :
1052 Articles
1330 Brèves
19 Sites Web
16 Auteurs

Statistiques des visites :
166 aujourd'hui
714 hier
2423013 depuis le début
   
Brèves
Bolt Action Seconde Edition : la critique !
jeudi 30 mars

Alors, c’est bien Bolt Action v2 ? Une critique détaillée vous attend ici !

Bon jeu !

usagi3

 
Présentation de Bolt Action !
jeudi 29 octobre

A l’occasion de la VF de Bolt Action, voici une présentation du jeu !

Bon jeu !

usagi3

 
L’attaque de Meurcé : 2ème Division Blindée contre SS Panzerdivision !
mardi 18 août

Ce sont les vacances, j’en profite pour jouer un max ! Ici, un rapport de bataille pour Flames of War : ma 2ème DB (cocorico !) affronte la SS-Panzerdivision de Steiner pour libérer le village de Meurcé, le 10 août 1944 ! Mes figurines feront-elles aussi bien que les vrais tankistes du général Leclerc ?

La réponse vous attend là !

Bon jeu !

usagi3

 
Flames of War avec des CM2 !
vendredi 1er août 2014
par Usagi3
popularité : 5%
Cette année, avec ma classe de CM1/CM2, j’ai décidé d’essayer de les faire jouer à Flames of War. J’avais déjà travaillé avec eux sur l’Or des Dragons, un jeu faussement coopératif faisant appel à une multitude de compétences transversales, et comme ils se sont montrés plus qu’intéressés par la seconde guerre mondiale, je me suis dit : allez, on tente !

Description de l’activité

J’ai utilisé le même dispositif que d’habitude : ma classe était en autonomie en arts plastiques (réalisation de paysages en perspective cavalière), et j’ai appelé mes élèves en fond de classe par groupes de 7.

J’avais dressé une table spéciale, sur laquelle j’avais disposé un tapis de bataille Games Workshop, des maquettes ferroviaires, des arbres et des haies fabriquées en éponges vertes à récurer (ce qui les a d’ailleurs impressionné !). L’aspect visuel les a de suite séduits !

JPG - 56.3 ko

Pour éviter les éventuels problèmes inhérents à la période (allemands contre alliés en 1944), je ne voulais pas laisser les enfants choisir leur camp. Ils ont donc tiré au sort : 4 joueurs alliés (1 commandant en Sherman V, qui tirait le dé d’initiative, 2 Sherman V et un Firefly) contre 3 joueurs allemands (1 commandant en StuG G et 2 StuG G). J’avais bien précisé aux enfants que les allemands appartenaient à la wehrmacht, l’armée régulière, et non aux divisions SS (la différence, très importante, avait été vue en histoire). Notez que le commandant n’a qu’un rôle symbolique, mais l’inclure était intéressant pour voir comment se comporteraient les élèves dans ce rôle !

Pourquoi uniquement des chars, me direz-vous ? La raison est multiple. C’est l’aspect le plus caractéristique de la seconde guerre mondiale par rapport à la première, c’est plus facile à manipuler, c’est facile à peindre, et surtout, les règles les gérant sont très simples à Flames of War, ce qui n’est pas du tout le cas de l’infanterie !!

Comme à mon habitude, les enfants passeront chacun plusieurs fois (4 pour être précis), et je complexifierai le jeu au fur et à mesure.

Au début, il s’agit simplement de détruire les chars adverses !

Ensuite, on rajoute de l’aviation, pour bien leur montrer l’utilisation de cette arme pendant la seconde guerre mondiale (et ils ont été très surpris). C’est le commandant qui les gérait, avec les conseils avisés (ou pas !!) de leurs ouailles.

JPG - 163.9 ko

Enfin, en dernier, j’ai rajouté une autre possibilité de gagner : en capturant un objectif ennemi.

JPG - 77.5 ko
Objectif allemand.
JPG - 90.8 ko
Objectif allié

Bilan

J’avoue avoir eu peur en raison de deux facteurs :

- on parle de la seconde guerre mondiale, évènement très traumatisant encore bien dans les mémoires ;

- il ne s’agit pas ici de compter des cases pour se déplacer, mais d’utiliser un mètre ruban.

J’avais tort ! Les parents ont apprécié ce dispositif (je n’ai eu que des retours positifs), et l’utilisation du mètre-ruban, après pas mal d’hésitations lors des premières fois, s’est ensuite faite naturellement.

Tous les enfants ont apprécié l’expérience, filles y compris (j’avais un doute sur ce point également).

Mais bon, on est à l’école, qu’en ont-ils tiré, mes élèves ?

Au niveau des compétences transversales, beaucoup ont été utilisées : développer des stratégies en commun, coopérer, exprimer son avis et tenir compte de celui des autres, respecter des règles, et j’en oublie.

En mathématiques (mais si !), le système métrique, avec notamment : mesures précises, utilisation du mètre-ruban, estimation de mesures, probabilités élémentaires sur les dés à 6 faces.

En histoire, c’est le jackpot. Ils ont vu que le matériel allemand était bien supérieur au matériel allié, et que les équipages allemands étaient aussi plus performants car au front depuis plus longtemps. Ils ont appris que l’aviation n’intervenait que sur demande, que s’il y avait des avions déjà en vol à proximité, et qu’elle devait se méfier des éléments de décor dangereux (arbres, clochers, maisons...). Ils ont appris les caractéristiques principales des chars Sherman, Firefly et StuG. Ils ont constaté les différences entre les différents types d’avions (chasseurs et bombardiers).

Ils ont ainsi vite réalisé que le seul moyen de battre les allemands dans ces conditions, c’était d’être supérieur en nombre !

Parlons jeu, à présent. J’ai été très impressionné.

Les élèves ont énormément discuté de ce qu’il convenait de faire, notamment avancer ou pas (un char qui avance ne tire qu’une fois, contre 2 à l’arrêt). Ils ont parfaitement utilisé les couverts (se cacher derrière une haie, se mettre derrière une maison). Ils ont même élaboré des choses assez complexes, comme les prises en tenaille !

Le plus intéressant a été vu à la fin, avec l’ajout des objectifs à capturer. Certains élèves s’en sont complètement désintéressés, préférant tenter de détruire les adversaires. D’autres, en revanche, ont très rapidement vu l’intérêt, notamment pour les alliés (plus nombreux, donc plus à même d’attaquer en masse et de passer en force). J’ai en particulier observé une équipe d’alliés qui ont envoyé 3 chars en centre de table pour monopoliser l’attention des allemands, pendant que le dernier contournait le champs de bataille pour aller capturer seul l’objectif et remporter la victoire ! Les allemands n’ont compris la manœuvre que trop tard (mais ils avaient compris quand même, sans aide de ma part !).


J’avoue avoir beaucoup apprécié ce projet. Je ne sais pas si je le reconduirai, car il dépend de deux facteurs essentiels :

- avoir une classe parfaitement autonome pendant une heure ;

- avoir des élèves appréciant cette période historique.

Bon jeu !

usagi3

 
Post Scriptum :

Vous êtes près de Nancy ? Vous cherchez un club de jeu sympa et pas prise de tête pour pratiquer tous les jeux Games Workshop et les jeux de société modernes ? N’hésitez pas à nous contacter !

Pour communiquer avec nous, pensez à notre groupe Facebook !